Rester au lit plutôt que d'aller courir quand il fait froid, humide, sombre et venteux est un choix auquel nous sommes tous confrontés. Ralentir avant la ligne ou la traverser avant de ralentir; manger un autre biscuit ou arrêter maintenant; arriver en retard ou à l'heure; oublier vos pointes ou avoir une liste et préparer votre sac la veille; parler à la personne à côté de vous ou se concentrer sur vos gammes; se concentrer sur votre effort ou gémir si quelqu'un d'autre ne fait pas ce que vous voulez; faire vos renforcements ou jouer sur votre téléphone.  Il s’agit là de très petites choses, des choix et des actions insignifiants que l’on fait tous les jours. Pris individuellement, aucun d’eux n’aura d’impact sur vos résultats dans une semaine, 6 mois, 1 an, 5 ans. Et pourtant, ils font toute la différence!

Vos choix créent vos habitudes. Faites régulièrement le même choix et ça deviendra plus facile de le faire que de ne pas le faire (et ça s’applique aux bons choix et aux mauvais).

La différence entre le succès et l'échec est en fait très petite. Les changements nécessaires pour passer de l'un à l'autre sont également très petits et souvent très simples.  Ni l’un ni l’autre est difficile. En fait, ils sont aussi faciles que les solutions alternatives. Au fil du temps, vos résultats sont déterminés par les choix que vous faites quotidiennement sur une période de plusieurs semaines, mois, années. Voulez-vous réussir? Il vous suffit de faire les bons choix (des petites choses simples).

Les mauvais choix apportent du confort tout de suite (même s’ils vous laissent souvent un sentiment de culpabilité), et les résultats finaux seront toujours inconfortables.

Les bons choix peuvent être inconfortables au début, mais vous pourrez vous vautrer dans le confort de vos résultats.

Comme d'habitude, c'est votre choix.